suite de la visite

Mais avant tout, un peu d'histoire... Depuis toujours, l'Etre humain a produit des déchets, mais vous êtes-vous déjà demandé comment nos ancêtres les traitaient ?


A l'âge de pierre, la solution était simple : il stockait dans son habitation et déménageait quand l'odeur devenait insupportable.
Les premières traces de gestion des déchets apparaissent vers -3000 en Egypte puis au Pakistan qui vit l'invention du tout à l'égout et des bassins de décantation.
En France, différentes mesures voient le jour à partir du Moyen-âge jusqu'au 24 novembre 1883, date à laquelle Eugène POUBELLE décrète l'interdiction de jeter les ordures dans la rue et oblige les populations à se munir d'un récipient pouvant contenir les déchets ménagers : la poubelle était née.
L'incinération des ordures ménagères se développe à la fin du 19è siècle, le feu semblant être la technique la plus efficace en matière d'hygiène.
Le temps passant, viennent se greffer des exigences environnementales. La première grande loi est promulguée le 15 juillet 1975, elle impose aux communes de collecter et d'éliminer les déchets de ses habitants.
La ''loi S.ROYAL'' du 13 juillet 1992 oblige les communes à recycler et valoriser les déchets.
En 2005, de nouvelles normes européennes sont mises en place afin de préserver l'environnement.

Aujourd'hui, le Syndicat mixte pour l'Etude et le Traitement des Ordures Ménagères (SETOM) organise le ramassage, le tri et le traitement de nos déchets.

LE SETOM

Il a la compétence du traitement des ordures ménagères de 12 adhérents (communautés de communes regroupant 248 communes pour environ 252 000 habitants)

Il est composé de 23 équipements de traitement sur son territoire et valorise 200 000t de déchets par an reparties en 14 filières (ordures ménagères, emballages ménagers,déchets verts, encombrants, bois, ferrailles, verres, gravats, pneus, déchets électriques et électroniques, déchets chimiques dangereux, amiante, polystyrène, films plastiques)
Les ordures ménagères représentent 90 000t par an soit environ 360 kg par personne.
Le SETOM travaille en partenariat avec des éco-organismes  ainsi que des sociétés auxquelles il revend les matériaux triés.
Le centre ECOVAL est l'un des 23 équipements du SETOM.

LE CENTRE ECOVAL

Il a été inauguré le 30 avril 2004 après plusieurs années d'étude et 2 ans de travaux.
Il concentre ses activités sur 3 pôles :

- le traitement des ordures ménagères
- le tri des collectes sélectives
- les déchets verts

LE TRAITEMENT DES ORDURES MENAGERES :

Le centre ECOVAL fonctionne 24h/24h tout au long de l'année.

Les ordures ménagères proviennent du ramassage des poubelles au porte à porte dans les communes.
                    

Elles sont déversées dans une grande fosse d'une contenance de 2 500t soit la collecte d'une semaine (1). On devrait y trouver uniquement ce qui n'est pas recyclable, or, c'est loin d'être le cas.
Un grappin alimente le four (2) où les ordures sont incinérées à une température d'environ 900°. Les résidus solides (mâchefers) sont récupérés en sortie du four (3) et provisoirement stockés (3bis). Ces mâchefers (20 445 tonnes par an soit entre 22 et 23% du tonnage incinéré) sont valorisés en sous-couche routière après déferraillage. Les fumées d'incinération traversent une chaudière (4) qui permet la production d'énergie électrique à partit d'un turbo-alternateur (4bis). Les fumées sont débarrassées des polluants (5) par injection de produits réactifs (charbons). Cette technique permet de capter les dioxines, les gazs acides ou encore les métaux lourds. Les fumées sont ensuite filtrées (6) puis traitées par catalyse (7) avant d'être rejetées dans l'atmosphère.

Les rejets des fumées sont suivis de 3 façons différentes :
- 24h/24h par des capteurs situés en sortie de cheminées
- Analyses des fumées par des laboratoires indépendants : 2 fois par an
- Suivi environnemental : en association avec la Chambre d'Agriculture, la F.D.S.E.A., la Mairie de Guichainville et le Conseil Général de l'Eure, des prélèvements de sol, de lait, d'eaux pluviales et d'air sont analysés.

Les valeurs des analyses sont très en dessous des normes fixées par la Communauté Européenne.

L'incinération des ordures ménagères permet à ECOVAL d'être autonome en électricité et de revendre le surplus à EDF ce qui représente la consommation d'une ville de 25 500 foyers.
Cette production a permis d'économiser 49 500 barils de pétrole.

LE TRI DES COLLECTES SELECTIVES

86% des déchets traités proviennent du ramassage au porte à porte des poubelles, le reste étant le dépot spontané en déchetterie.
Différentes machines permettent la séparation des emballages, en complément d'un tri manuel.
Les déchets sont ensuite compactés en grosses balles et revendus à des sociétés qui sont chargées de les recycler.
Par exemple, les bouteilles plastiques transparentes reviendront sous forme de textile polaire alors que celles de couleurs seront transformées en éponges grattantes (type Spontex)

LES DECHETS VERTS

Le compostage est un processus biologique de transformation et de valorisation des déchets organiques (feuilles, tontes de gazon, branchages, déchets de cuisine ...)
ECOVAL centralise et traite les déchets verts de tout le territoire du SETOM.
Les déchets sont d'abord broyés avant d'être stockés et arrosé afin d'accélérer leur décomposition.
6 mois sont nécessaires à l'aboutissement du processus.
Le compost est ensuite tamisé et revendu, les plus gros résidus repartent dans le cycle.


 

Les enjeux environnementaux sont énormes. Bien que les mentalités évoluent favorablement, on continue de voir des décharges sauvages et des citoyens jeter leurs papiers sur la voie publique.
L'aspect financier est également à prendre en compte : l'incinération d'une tonne d'ordures ménagères coûte 72€ ht, le traitement d'une tonne de déchets issus du tri sélectifs (poubelles à couvercle jaune en ce qui nous concerne) 36€ ht et celui des déchets verts 33€ ht. Le calcul est vite fait.
Le recyclage ne peut être efficace que si le tri en amont est efficace. Les équipements sont à notre disposition et sont gratuits. Il faut  nous en servir.
Les gestes simples du quotidien peuvent considérablement faire baisser la quantité de déchets que nous produisons (pour mémoire 360kg par an et par habitant uniquement pour les ordures ménagères : les poubelles vertes)
La limitation de l'utilisation des lingettes, le choix de produits les moins emballés possible, le petit coin dans le jardin dédié à la fabrication de compost maison sont autant de petits détails qui mis les uns avec les autres finissent par faire de gros détails.

Nous devons choisir la planète que nous souhaitons laisser à nos enfants ...


Laquelle préférez-vous ?















Pour plus de détails, vous pouvez consulter le site du SETOM :  www.setom.fr